Livres anthropologie : Nous avons lu pour vous

la première guerre mondiale

1. L’union forcée – La Croatie et la création de l’État yougoslave

Cette fin de siècle a vu s’effondrer de nombreuses “Nations” dont l’édifice yougoslave. Dans le même temps c’est une conception dépassée de la naissance de nouveaux états qui s’en trouve devoir être révisée.
Ce livre analyse de manière détaillée l’origine de la constitution du pays des Slaves du Sud, l’impact de la première guerre mondiale et plus particulièrement l’années 1918 qui vit, à Zagreb, la proclamation de l’État des Slovènes, Croates et Serbes. Zagreb reconnaîtra cet état.
Dans un chapitre d’introduction, l’auteur expose les conceptions différentes de l’idée yougoslave à l’époque de sa fondation. Près de quatre-vingt ans plus tard, ces principes fondateurs apparaissent évidents…
Issu de la volonté de quelques uns et conçu pour les intérêts du gouvernement serbe, l’État yougoslave, né dans la guerre et le sang, fut soutenu par les maître du traité de Versailles qui visait le morcellement de l’empire des Habsbourg. Une telle “union forcée” ne permit nullement le triomphe de l’Europe des nationalités mais fut avant tout l’histoire exemplaire d’une usurpation identitaire réalisée au profit d’un programme politique impérialiste, mis en oeuvre à marche forcée.
Le modèle d’analyse proposé, notamment l’utilisation systématique par les serbes de la guerre pour atteindre leurs buts pourrait sans doute servir à l’examen de situation conflictuelles ailleurs dans le monde, partout où de “puissants interêts occidentaux” sont en jeu.

Jasna Adler

L’auteur est Docteur ès sciences politiques de l’Institut Universitaire des Hautes Études Internationales de Genève; diplômée de l’Institut d’études européennes. Elle enseigne comme maître-assistante au Département d’histoire générale, Faculté des Lettres de l’Université de Genève. Ses recherches actuelles portent sur l’Empire des Habsbourg et l’Europe du Sud-Est ; elle prépare également une publication sur le myhte impérial autrichien.

2. Les voyageurs de l’Empire

Si l’on se place du point de vue de l’histoire de l’anthropologie, cet ouvrage retrace en partie la naissance des premiers récits ethnographiques. Cette discipline nouvelle nous vient de ce long passé, grâce aux récits rapportés par tous ces aventuriers à travers les siècles.
À travers 33 portraits, l’auteur retrace des voyages et des voyageurs de la monarchie autrichienne et hongroise. On y voit tour à tour évoqués un Franciscain atteignant le Tibet au XIVe siècle, des chevaliers errants se rendant à Jérusalem et en Perse, le premier Européen à avoir atteint Lhassa au XVIIe siècle, des pères jésuites au XVIIIe siècle, dans les forêts du Brésil, l’aventurier négociant Bolts qui colonise à la même époque les îles Nicobar, l’officier Benjowski qui, via la Sibérie, le Japon et Formose, gagne Madagascar où il tente d’ériger une principauté, le Hongrois Körösi, fondateur de la tibétologie, Léopodine de Habsbourg qui fait voile vers le Brésil pour y être couronnée impératrice, le linguiste Vambéry qui, déguisé en derviche, parvient au coeur du Turkestan, Ida Pfeiffer qui, au milieu du XIXe siècle, fera deux fois le tour du monde, Edouard Glaser qui partira sur les traces de la reine de Saba ou Aloys Musil, le “Lawrence autrichien”.
Enfin, après ces pionniers hauts en couleurs, l’auteur nous parlent des militaires, amiraux et conquérants de territoires nouveaux. Il parle aussi des petites gens qui partiront à l’aventure de par le monde pour exercer leur métier dans les endroits les plus reculés de la planète.
Enfin, l’auteur évoque l’échange d’immigration entre l’Autriche et la France, les français en Autriche et les autrichiens en France.
Une très abondante bibliographie conclut et enrichit l’ouvrage de références qu’un public francophone connaissait peu.

Jean-Jacques Langendorf

L’auteur vit actuellement en Autriche où il partage sont temps entre l’Histoire militaire, l’écriture de nouvelles et l’étude de la pensée contre-révolutionnaire. Il collabore également à divers journaux et revues européennes. Il a publié chez le même éditeur, “Le bouclier et la tempête – aspects militaires de la guerre du Golf”. Georg – 1995.